par Xavier CAUMON    Le mercredi 10 mars 2021 à 10h00

Photo de Vlada Karpovich provenant de Pexels

Le phénomène du Jeu de la Dame

Récemment auréolée de plusieurs prix, la série Le jeu de la Dame sur Netflix a remis sur le devant de la scène le jeu de stratégie le plus célèbre de tous les temps : les échecs. Pour mesurer cet engouement, un chiffre : 2,5 millions, c’est le nombre moyen de nouveaux inscrits sur la première plateforme de jeu chess.com chaque mois ! La dernière fois qu’on a connu un tel retour en grâce des échecs c’était dans les années 60 quand le jeune prodige Bobby Fisher armé de son seul calepin renversa la surpuissante équipe russe qui dominait la discipline depuis plusieurs décennies. La série de Netflix s’inspire d’ailleurs assez largement de cet épisode de l’histoire pour articuler son récit.

Ce que cela dit de notre époque

Essayons d’interroger ce phénomène. N’est-il pas intéressant de constater, qu’à l’heure des téléviseurs 8K, de la réalité augmentée et des consoles de jeux toujours plus puissantes, ce soit un simple jeu de plateau sur lequel s’animent de modestes bouts de bois qui soit autant plébiscité ? Est-ce la fin de la chasse effrénée vers l’optimal technologique et le retour à des questions plus… stratégiques, existentielles, symboliques ? À des espaces où l’imagination est sollicitée et où les enjeux dépassent leur représentation ? Car c’est bien cela les échecs : Un jeu où tout ce qui compte est invisible et finalement assez dérisoire. On se bat pour la survie d’un roi qui n’est qu’un morceau de bois. On pense des stratégies extrêmement complexes pour le simple gain d’une partie. On imagine des batailles où il n’y a que des pions. Les échecs sont un exercice de pensée qui force à se dépasser pour des enjeux symboliques. On ne cherche pas à gagner pour devenir riche mais pour progresser, devenir meilleur. Aucune chance d’y faire fortune.

Alors, les managers doivent-ils jouer aux échecs ?

S’il est toujours prudent de ne pas suivre toutes les modes, les liens entre management et échecs ne datent pas d’hier. Vous trouverez facilement de nombreux ouvrages qui rapprochent les deux sujets. Il ne s’agit pas d’une mode mais plutôt d’un « comeback ». Quels sont les apports probables d’une pratique du jeu d’échecs ? Comme dit plus haut, les échecs aident à développer une vision stratégique, dit simplement, à penser les coups d’après. Toujours pratique en entreprise !  Les échecs enseignent l’humilité et la résilience. Pour progresser il vous faudra inévitablement jouer contre des joueurs plus forts et qui sans surprise vous battront. Vous perdrez plus souvent que vous ne gagnerez ! Ce jeu porte bien son nom. Vous devrez accumuler des échecs pour progresser. Enfin, nous le disions plus haut, les échecs rappellent l’importance de se dépasser soi-même. La bataille que vous menez sur l’échiquier n’a pas d’autre intérêt que de vous challenger. L’enjeu est avant tout de vous dépasser, de vous mettre en déséquilibre et de vous pousser à trouver des solutions aux difficultés que vous rencontrez. C’est un formidable exercice. On ne cherche pas ici à conquérir le monde mais simplement à devenir meilleur. En entreprise, lorsqu’on oublie l’importance de la progression individuelle, on perd souvent de vue l’essentiel. Si on ne cherche qu’à battre l’autre et qu’on oublie de travailler sur soi et/ou de rendre chaque collaborateur meilleur, on s’égare un petit peu. Ne pensez-vous pas ? 

2021-03-10T09:27:59+01:00